Le personnage de cinéma – Partie 2 (psychologie et émotion) :

lego

Pour ceux qui n’ont pas lu la première partie sur les bases du personnage au cinéma (la moralité de l’antagoniste et le point de vue sur le monde de chaque personnage), je vous conseil d’aller y faire un tour. 
Sinon dans cet article, nous allons parler de plusieurs outils différents qui peuvent vous aider à construire la psychologie de votre personnage ! Donc sans plus tarder, entrons dans le vif du sujet ! 

Les différents types d’intelligences :

Notre société (française) privilégie souvent à l’école l’intelligence logico-mathématique et verbo-linguistique… Mais il existe bien d’autre types d’intelligences que vous pouvez exploiter pour créer des personnages uniques.

Pour vous aider voici une mini description de chaque type d’intelligence :

1) L’intelligence logico-mathématique :
Capacité de calcul, analyse, logique particulière, résolution de problèmes mathématiques et scientifiques.

2) L’intelligence verbo-linguistique :
Utilisation du langage pour exprimer des idées complexes, lecture rapide et belle écriture, littéraire.

3) L’intelligence musicale-rythmique :
Sensibilité aux sons, aux rythmes et à la musique, facilité à reproduire des accents etc.

4) L’intelligence corporelle-kinesthésique :
Très bonne coordination des membres, habileté en travaux manuels, sportif, danseur, comédien, mime etc.

5) L’intelligence visuelle-spatiale :
Capacité à représenter mentalement des idées et à les visualiser, il sera plus à même d’expliquer quelque chose en faisant un dessin. Bon sens de l’orientation, sensible aux puzzles etc.

6) L’intelligence interpersonnelle :
Intelligence sociale qui permet d’interagir correctement et de manière adaptée avec les gens, sensibilité émotionnelle, empathique, compréhension des émotions, des humeurs et des intentions etc.

7) L’intelligence intrapersonnelle :
Concerne la capacité à se connaitre soi-même, avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses, construction d’une représentation fidèle de soi pour mieux réussir dans la vie, difficile à influencer, ne réagit pas de manière impulsive etc.

8) L’intelligence naturaliste-écologiste :
Sensibilité à l’environnement et au vivant, compréhension du milieu dans lequel on évolue, fasciné par les paysages, la nature, le ciel, les plantes et les animaux …

Tout le monde possède ces 8 caractéristiques mais c’est le dosage de chacune d’elle qui fait notre spécificité (et celle de nos personnages de fiction).

eye-blue

De même, le terme d’intelligence comme celui de haut potentiel méritent d’être définis. Le psychologue américain Louis Leon Thurstone étudiait déjà les différents types d’intelligence en 1927. Après avoir fait des tests sur près de 200 étudiants, il réussit à théoriser et démontrer que l’intelligence telle qu’on l’appelle réunit sept factures différentes :

(1) la vitesse perceptive
(2) la vitesse numérique,
(3) la fluidité verbale,
(4) la pertinence verbale,
(5) l’aptitude spatiale,
(6) la mémoire
et (7) le raisonnement.

Il les nomma les « aptitudes primaires mentales ». 
Je pense aujourd’hui qu’on pourrait encore complexifier tout ça pour avoir une définition plus juste.

Car, dans tous les cas, les appellations de haut potentiel, surdoué (test de QI), dons, génie etc. dépendent entièrement de celui qui juge. Le quotient intellectuel n’a de valeur qu’en fonction du test pré-écrit, et des normes sur lequel il se base, mais il n’a pas de vrai valeur en soi (les résultats pourront changer énormément en fonction du milieu et de l’époque !)

Psychologie et besoin :

Afin de développer encore plus votre personnage, essayez de le situer sur la pyramide des besoins (Maslow) pour savoir aussi quelles sont ses envies : 

Je vous conseille de regarder cette vidéo qui parle de certains tests psychologiques pour votre culture personnelle : 

Dans cette vidéo, l’auteur parle du MBTI (test psychologique très utilisé en entreprise mais peu validé en science par exemple) et d’autres tests comme celui de la tâche d’encre par Hermann Rorschach, Les matrices de Raven pour mesurer la fluidité du raisonnement non verbal, le test du R.M.E (Read the Mind in the Eye) qui permet de définir aussi la sensibilité sociale d’une personne (afin de montrer que l’Intelligence collective d’un groupe n’est pas corrélée avec l’intelligence individuelle des membres du groupe) etc. Vous pouvez d’ailleurs passer ces différents tests sur son site :
https://fouloscopie.com/

Mais ce qui nous intéresse ici pour nos personnages, ce sont ces deux tests : 

  • Le B.A.R.T(Balloon Analogue Risk Task) – pour mesurer l’attirance au risque de certaines personnes – le but est simplement de gonfler un ballon virtuel sans le faire exploser et de voir quand la personne s’arrête.
  • Et le V.O – Social Value Orientation : qui mesure la pro socialité (aider les gens dans un environnement dangereux ou pas), il en parle plus en détail dans la vidéo mais ce qui va nous intéresser c’est le schéma ci-dessous. Essayez de placer votre personnage sur la roue pour envisager comment il pourrait se comporter.

Gardez en tête que tous ces tests sont aussi cantonnés à une époque (celui de Maslow date des années 40 par exemple), n’hésitez pas à faire d’autres recherches pour parfaire votre réflexion et avoir d’autres pistes pour développer votre personnage 😊

N’hésitez pas à vous renseigner aussi sur la manière dont les tests sont construits pour ajouter des caractéristiques et des spécificités à vos personnages de fiction.

Emotion et système de pensée - passer d’un stade à l’autre :

Lorsque vous traitez une action dans une scène, faites attention à respecter la transition qu’il peut y avoir entre chaque émotion. Si vous ne faites pas attention à ça, les réactions de vos personnages peuvent parfois sembler exagérées. La roue des émotions peut vous aider dans cette tâche :

Ainsi, cette fleur nous explique que l’on peut passer de la songerie à la tristesse, la distraction ou l’ennui, mais pas de la songerie au dégout ou à la colère etc.

Les schémas de spirales émotionnelles peuvent également vous aider pour tenir un fil rouge sur l’évolution de vos personnages au cours de la fiction.

La spirale dynamique qui décrit elle aussi 8 systèmes de pensées pour l’existence, peut vous aider à définir votre protagoniste :

Le cadran D’ofman permet aussi de définir certaines caractéristiques sur nos personnages de fiction. Pour faire simple, ce cadran résume pour chaque qualité/défaut – les risques de tomber dans un extrême (ici être maniaque), la qualité (être ordonnée), les personnes qu’on va avoir du mal a accepter (les laxistes etc.) et le challenge qu’on doit s’imposer (la tolérance). Ce type de schéma permet aussi de montrer qu’un vrai défaut n’existe pas vraiment et qu’il y a juste des caractéristiques qui sont utiles ou non dans différentes situations. Un défaut peut être aussi une qualité, tout dépend de celui qui le regarde. 

Je vous conseille pour aller plus loin de vous renseigner sur Carl Jung   et sur certains de ses travaux sur la psychologie humaine

Voilà, c’est tout pour cet article ! Partagez le à ceux que ça pourraient intéresser et à la prochaine pour plus de contenu ! 

Logo Neel Naja
Compte photo Instagram
logo tips et cinéma
Compte tuto Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *