Ce que vous devez savoir avant de vendre vos prestations :

enveloppe argent

Avant de fixer vos tarifs et vendre vos premières prestations vous devez connaitre certaines choses… Dans mon parcours j’ai pu voir que beaucoup de jeunes artistes ont des croyances et des blocages par rapport à l’argent. Il est tantôt diabolisé, tantôt dénigré, en tout cas beaucoup de vidéastes ont des croyances limitantes face à l’argent.
Dans cet article je vais essayer de vous donner quelques conseils qui pourront vous permettre de désacraliser l’argent et de vendre vos premières prestations 😊

Sans plus attendre commençons par la première partie :

PARTIE 1 : La différence entre le sacré et le profane :

Dans cette vidéo de Markéting Mania :

Stan Leloup explique un peu la différence entre le « sacré » et le « profane ».
Mais avant de commencer, voici une courte définition prise sur le net :
« L’origine latine du mot sacré, « sacer », renvoie à ce qui appartient au domaine des dieux, tandis que le profane, « profanus », désigne ce qui se trouve hors du temple. »

En d’autres termes, selon les cultures ou les époques, les Hommes peuvent entretenir différents rapports avec les choses. Le sacré concernera par exemple le corps humain (on ne fait pas du trafic d’organe ou d’humain impunément) et le profane désignera ce qu’on peut donc acheter et vendre sans problème comme de la nourriture ou des appartements par exemple.

argent

Finalement, dans la vidéo de Stan Leloup, celui-ci parle de la relation qu’un Youtubeur peut avoir avec son public. Certains placeront leurs audiences au rang de « sacré », ce sont presque des « amis » à qui on ne doit « rien » vendre ; d’autres relègueront leur public au rang de « profane », ce ne sont PAS des amis mais des clients potentiels et donc on peut leur vendre « n’importe quoi » …
Evidemment je schématise mais je vous conseille de regarder la vidéo pour en savoir plus.

Ce que je veux dire par là c’est qu’a fortiori, diaboliser l’argent, c’est l’élever à un rang qu’il ne mérite pas.

L’argent est un moyen et non une fin, c’est un outil et rien de plus. A ce titre il n’y a pas de mal à gagner de l’argent, à vendre des prestations et par extensions à devenir riche !

Les gens achètent ce qui leur semble juste, peu importe la valeur réelle du produit. Ce qui nous amène à la deuxième partie.

PARTIE 2 : le juste prix n’existe pas :

Le comportement du consommateur ne dépend pas que de la valeur de l’objet ou du service, mais également de sa perception de la qualité.
De plus, on n’achète pas toujours quelque chose parce qu’il est utile mais aussi pour :
– Sa valeur émotionnelle (Le T-shirt d’un groupe de rock qu’on aime bien par exemple)
– et sa valeur sociale (Une rolex permet d’afficher un certain statut par exemple)

article

Cette étude faite en 1983 pose la question suivante aux participants :

« Vous êtes à la plage. Il fait chaud et vous auriez bien envie d’une bière. Un compagnon de bronzette décide d’aller acheter quelques cannettes bien fraîches et propose de vous en rapporter une. Comme il n’y qu’un seul endroit où acheter de la bière sur cette plage, votre ami imagine que le prix sera potentiellement élevé.
Pour éviter une mauvaise surprise, il vous demande quel est le maximum que vous seriez prêt à payer pour votre canette.
Si le prix est inférieur ou égal à votre chiffre, il achètera une bière pour vous. Mais si le prix est au-dessus du votre, il n’achètera rien.
Vous faites confiances à votre ami pour ne pas vous arnaquer, et de toute façon, il n’y a pas de possibilité de négocier le prix avec la boutique. »

Finalement, la question est la suivante :

« Quel prix maximum êtes-vous prêt à payer ? »

deux routes

Les participants sont alors séparés en deux groupes :
Le premier groupe pense que la seule source de bière disponible est le bar de l’hôtel de luxe
Le second croit qu’il s’agit d’un magasin décrépi.
Sans surprise le groupe qui pense que c’est un hôtel de luxe est prêt à payer bien plus cher que l’autre pour la même canette de bière :

  • Le premier est prêt à mettre 2,65 dollars
  • Le deuxième est prêt à mettre 1,50 dollars

Ainsi, cette expérience nous apprend que nous ne prenons pas de décision sur la valeur objective d’un produit mais sur sa valeur perçue.

Pour finir, certains payent une bière presque 8 euros dans le Sud alors que je peux avoir la même à 1 euro dans le Super U de mon quartier.

Mais le lieu, la dégustation, le verre dans lequel il est servi, le contexte etc. participent à votre prise de décision.

camera

Pour la vente de vidéo c’est un peu la même chose.
Vous ne vendez pas qu’une vidéo, vous vendez aussi un style, un service client, des idées et un moyen de communiquer irremplaçables.

La valeur que vous pouvez apporter à votre client est énorme ! Imaginez un business comme Dior qui vous commande une vidéo. Cette entreprise la diffusera sur les réseaux et pourra en tirer des centaines de milliers de ventes sur leur nouvelle gamme de produits… Elle est obligée de communiquer sur ses nouveaux lancements et sans votre vidéo le nombre de ventes serait clairement différent ! 

Le retour sur Investissement que fera la boite sera bien supérieur à ce qu’elle vous a payé, et vous devez donc être rémunéré en conséquence.

Alors ne craignez pas de proposer des tarifs élevés pour vos prestations si l’entreprise peut se le permettre.

PARTIE 3 : Changer son mindset :

mindset

La plupart des entrepreneurs vous le diront, Le mindset est la première chose à changer dans sa vie si on veut de véritables changements. 

Sans un bon état d’esprit le changement sera compliqué voire impossible

Beaucoup de jeunes photographes et vidéastes se lancent dans ce monde par passion et ont du mal à vendre leur première prestation car ils ont l’impression qu’on ne doit pas parler d’argent. Il n’est pas rare que les jeunes artistes « diabolisent » l’argent au point qu’ils affirment presque ne pas en avoir besoin « moi je fais ça pour le kiffe pas pour l’argent« …
Mais pour vivre de votre activé et continuer à créer vous devez savoir vendre.

cerveau-billet

Seulement pour ceux qui ont du mal à parler d’argent, il est d’abord primordial d’apprendre à changer son rapport par rapport à ça.

Même si le but de cet article n’est pas de vous expliquer comment devenir riche je me permets de faire une petite digression :

Tout le monde a un rapport différent face à l’argent, et des modèles de pensées spécifiques face à la richesse.

Dans le livre « le secret d’un esprit millionnaire« , T Harv Eker explique que les expériences en tant qu’enfant et les modèles de nos parents façonnent profondément certains modèles de pensée et guident inconsciemment notre rapport face à l’argent

couverture livre

Si vous n’avez pas une « bonne » conscience financière il est d’abord important de s’en rendre compte et ne pas reproduire les mêmes schémas que votre entourage…

Essayez de modéliser et de comprendre les différentes approches face à l’argent qu’entretiennent ceux qui ont la réussite que vous aimeriez avoir.

les croyances limitantes :

panneau stop

La réussite se provoque avec le bon état d’esprit et n’est pas toujours en lien avec la chance.

« Une croyance limitante (appelée aussi croyance irréaliste ou croyance irrationnelle) est une vision que nous fabriquons par suite d’influences diverses et variées (notre environnement socioculturel, notre éducation…) et qui vient parasiter notre manière de penser. 
Concrètement, une croyance limitante prend vie dans notre esprit sous forme de petites phrases – ou de petites voix – que nous finissons par intégrer comme étant vraies et fondées. « 
(definition tirée de ce site)

En d’autres termes :
Les croyances limitantes sont les normes, les valeurs et autres idées préconçues qu’on a adoptées depuis notre enfance et qu’on a étoffées à la suite de nos propre expérience :

Par exemple quelqu’un d’un peu timide à qui on a toujours dit qu’il était timide continuera de le rester si lui-même s’identifie à ça et qu’il se dit « je suis timide et c’est comme ça »

Pour vraiment prendre les choses en main il faudra qu’il se répète « je ne suis pas dicté par ma timidité » (même si évidemment c’est plus facile à dire qu’à faire). Ce qui est sûr, c’est que le fait de croire et de s’identifier à quelque chose qui nous limite n’est pas rare et que nous pouvons les briser !


believe

Vous êtes capables de TOUT ! Prenez-en conscience et osez croire en vous !

Vous devez donc sortir de vos croyances limitantes avant de pouvoir vendre certaines prestations.

Croyez en vous, écoutez les critiques de votre entourage mais faites attention, comme dit Youssoupha « les gens lâches face à leur rêve te dissuaderont de réaliser les tiens »

Quand vous avez de grands projets, le pessimisme des gens peut vite monter à la tête… 

Fixez-vous des objectifs et des habitudes (« je veux perdre 10 kilos » par exemple et pas « je veux perdre du poids ») et savoir célébrer petit à petit les victoires !

Pour ceux qui veulent aller plus loin sur un mindset d’entrepreneur :

PARTIE 4 : L’erreur que vous ne devez absolument pas reproduire !

J’en ai déjà parlé dans cet article mais je le répète ici :
Concentrez-vous sur votre client lorsque vous voulez vendre quelque chose !

La plupart des gens font l’erreur de dire « moi, moi, moi » lorsqu’il démarche. Ils ventent leur service, leur expertise, leur parc matos ou leurs créations précédentes avant de se concentrer sur les besoins, les désirs et les peurs de leur client !

Gardez en tête que vous devez d’abord AIDER les gens avant de vous faire payer et de vendre ! Donc pour les aider correctement dans leur business vous devez apprendre les connaitre !

Sur ce, c’est tout pour cet article, posez vos questions en commentaire et je vous dis à la prochaine pour plus de contenu !

Logo Neel Naja
Compte photo Instagram
logo tips et cinéma
Compte tuto Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *