Le storytelling et ses meilleurs conseils !

livre ouvert
Aujourd’hui on va parler storytelling pour faire d’une pierre deux coups, c’est-à-dire : 1) Réviser la structure des scénarios de base. 2) Savoir s’adresser aux émotions du public (que ce soit pour écrire un pitch de vente ou un court métrage.) Dans le storytelling, le théâtre, la littérature etc. on joue sur la corde sensible car au final, peu importe l’époque ou le lieu, nous sommes des êtres humains avec des sentiments. Et ce sont eux les moteurs principaux qui nous influent à prendre une décision ! Bien souvent on pense la prendre pour des raisons logiques et raisonnables, mais beaucoup d’études montrent que la principale raison pour laquelle on prend une décision, est émotionnelle. Une bonne histoire est indispensable pour éduquer et pour persuader !
dessin de cerveau
On dit souvent que le cerveau est constitué de deux hémisphères bien distincts (même si c’est très résumé, ça aide à la compréhension) : Partie Gauche : ANALYTIQUE / partie Droite : CREATIF   C’est la partie droite, qui sera plus orientée vers les émotions, le sensible et les sentiments, et c’est dans ce sens qu’il faut aller afin de persuader votre producteur « d’acheter » votre court métrage, ou votre client de choisir votre prestation. Alors sans plus tarder, rentrons dans le vif du sujet !

Au fond, le storytelling, qu’est-ce que c’est ?

Le storytelling est le fait de raconter des histoires afin de donner une leçon convaincante, mémorable et qui puisse être transmise.

Souvenez-vous, « convaincre » fait appel à des arguments qui sollicitent la raison, alors que « persuader » demande de faire appel aux sentiments. Il y a deux manières d’agir dans une argumentation, et je préfère de loin la deuxième.

Tous les avantages du storytelling :

Le storytelling c’est savoir raconter une histoire pour mieux se vendre mais il apporte pleins d’autres avantages : 

à Capter l’attention.
à Résumer en une chose extrêmement simple des éléments très complexes. On peut transmettre des idées et des concepts beaucoup plus facilement avec des histoires.
à Une meilleure mémorisation de la part du public. Les gens retiennent plus souvent les bonnes histoires que les arguments logiques et les chiffres.
à Après avoir établi un lien émotionnel, une histoire peut plus facilement pousser à l’action (que ce soit liker, commenter ou partager une publication, ou alors acheter votre prestation
ou votre idée de film).

N’oubliez pas que vous êtes unique et que votre histoire personnelle peut vous être très utile pour établir un lien avec vos futurs partenaires, clients et collaborateurs. Le problème c’est qu’on connait si bien notre propre histoire qu’on oublie à quel point elle est passionnante. 

A savoir également que la structure d’un scénario de cinéma peut vous aider dans le storytelling (et inversement) puisque différents éléments reviennent :

  • Introduction : on place le lieu, la date et les acteurs de notre histoire.
  • Il faut un problème ou une confrontation.
  • Climax / coup de théâtre / révélation.
  • Solution / Résolution.
  • Conclusion / action. 

Le storytelling chez Casey Neistat :

Pour ceux qui ne le connaitrait pas, Casey est un Youtubeur plus qu’influent :

Et son succès n’est pas dû au hasard. Au-delà du rythme de publication, ses vidéos sont de qualités, autant dans la forme, que dans le fond (même si j’ai pas tout vu évidemment 😊 )

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de la vidéo qu’il a faite il y a un petit moment et qui s’appelle :

Filmaking Is a Sport !

Pourquoi cette vidéo en particulier ?
Parce qu’elle est très bien construite, rythmée et surtout, elle fait appel à sa propre histoire. Puisque chacun tire des leçons suite à ses propres expériences, c’est autant de messages et d’histoires que vous pouvez écrire pour tisser des liens émotionnels avec votre audience.
Donc analysons un peu cette vidéo pour savoir construire une histoire qui marche et qui permet de transmettre un message mémorable. 

Tout d’abord :

Afin de structurer simplement une histoire, pensez à la règle des trois actes et au voyage du héros.

bateau

Acte 1 : Mise en place du décor, le héros a un objectif et un obstacle. Mais surtout, on utilise la technique du « mensonge auquel le personnage croit ». Afin que votre personnage évolue et apprenne de ses erreurs, il doit croire en quelque chose d’erronée, par exemple (pour faire très simple) : la richesse amène au bonheur. Ainsi, si votre personnage croit en ce mensonge, il peut facilement tout sacrifier pour devenir extrêmement riche, mais une fois au sommet du monde, seul, il découvrira que la vraie richesse était l’amour de sa femme (pour faire une morale un peu bateau mais claire).
Votre personnage doit avoir une fausse idée sur lui-même ou sur le monde qu’il devra par la suite abandonner.

Acte 2 : Il décide de passer à l’action et de pénétrer dans le « nouveau monde », il sort de sa zone de confort ! Ensuite, les péripéties sont nombreuses (et de difficulté croissante) pour arriver à un moment de crise où tout semble perdu.
Cependant, afin de surmonter cette crise, le héros doit évoluer en tant que personne et apprendre de ses erreurs. Il doit découvrir le message que l’histoire veut nous communiquer. Enfin, armé de cette leçon il dépasse ses limites et triomphe face à ses démons.

Acte 3 : C’est le retour du héros, ainsi transformé, il revient vers les autres pour transmettre ce qu’il a appris dans son aventure.

Dans la vidéo de Casey on peut remarquer ces différents actes :

Acte 1 : Avec un rythme effréné, Casey nous explique son rêve de devenir réalisateur. Le mensonge auquel il croit est le suivant :
« Un vrai réalisateur est celui qui gagne des oscars et qui débloque des budgets astronomiques pour ses films ».
De plus, afin de créer un lien émotionnel (et pas seulement intellectuel) il nous explique qu’enfant déjà , il rêvait de recevoir un oscar.
L’obstacle auquel il fait face : Trouver de l’argent, beaucoup d’argent pour pouvoir rentrer dans ce club restreint qu’est « la grande famille du cinéma ».
Ainsi, Casey doit prendre une décision et comme beaucoup de décisions, celle-ci mène au doute :
« Peut être que ce n’est pas fait pour moi … ? »

Acte 2 : Il sort de sa zone de confort, décide de poursuivre son rêve, il accepte tout mais galère énormément. Cependant, il n’abandonne pas, et petit à petit, c’est l’ascension !
MAIS … chaque victoire s’est malheureusement vue accompagnée d’une défaite :

Donc après avoir pris une décision, lutter et grimper les échelons, Casey subit une crise.  

Il avait en théorie accompli son rêve mais il ne le ressentait pas comme ça.
Il avait l’impression de s’être adapté à une version du rêve qui n’était pas la sienne.
Dans l’avion, il a réalisé que ce n’était pas pour ça qu’il voulait être cinéaste :  ce n’était pas pour le tapis rouge, les cérémonies, les prix ou les festivals, et plus il passait du temps à courir après la façade du succès, moins il était en train de créer, d’écrire des histoires, de faire ce pourquoi il voulait être cinéaste.

C’est en gagnant le plus gros prix de sa carrière qu’il s’est dit « c’est fini», « j’arrête tout ça ! ».

Le mensonge auquel le personnage croit à été mis à nu ! Maintenant il doit avoir le courage de l’accepter !

Alors pour vaincre cette crise, il s’est mis à faire des vidéos sur Internet, un Vlog par jour !
Son message ?
Tout le monde peut raconter des histoires sans passer par le système hollywoodien. A l’heure d’internet tout le monde peut filmer et les gens n’ont pas forcément besoin du grand écran ! Les salles de cinéma et de théâtre peuvent faire venir des milliers de personnes, mais en ligne ce sont des milliards de personnes qui peuvent avoir accès à votre histoire en un clic.
Nous devons choisir une audience, notre audience et sortir nos idées de la tête pour les mettre en image !

grotte

Acte 3 :
C’est dans la « révélation finale » que se cache toute la puissance persuasive d’une bonne histoire.
Après avoir cru au mensonge, à l’idée reçue sur nous-mêmes ou le monde, le héros atteint la « vérité ». Et si votre public partageait le même mensonge, alors il sera peut-être plus à même de changer. Puisque on ne lui a pas donné des arguments logiques A+B,  il a pu se rendre compte par lui-même, en faisant l’expérience émotionnelle du mensonge, qu’il doit changer.
Les arguments logiques peuvent attaquer directement nos croyances et c’est souvent peu efficace. Cependant, un personnage auquel on peut s’identifier est un moteur beaucoup plus puissant. Il faut savoir illustrer de manière émotionnelle les conséquences de ce mensonge.

Donc, pourquoi le Storytelling ?
Parce que c’est beaucoup plus chiant d’écouter quelqu’un qui nous fait la morale en nous expliquant qu’il sait mieux que nous, que de suivre un personnage dans une histoire.

« Maintenant on vit dans le futur, et y’a des chances pour qu’il y ait une caméra dans ta poche suffisante pour le grand écran mais tu n’a pas besoin du grand écran.
Deux cents personnes vont peut-être venir au cinéma. Mais en ligne ? Des millions. 
Trouve ton audience.
Raconte ton histoire, commence une discussion, transpose cette idée de ta tête à l’écran
. »

Souvenez-vous :
Meilleure sera la structure de votre histoire, mieux le message sera transmis. 

Voilà, c’est tout pour cet article, si vous avez des questions posez les en commentaire et n’hésitez pas à partager à ceux qui en auront besoin.

logo tips et cinéma
Compte Insta cinéma
Logo Neel Naja
Compte Insta Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *